» Découverte de l'urbex

Une lueur d'espoir

L'urbex, contraction de deux mots anglais "Urban" et "Exploration", est une activité qui consiste à visiter des lieux qui ont été occupés autrefois par l'homme et qui sont en général à l'abandon. En mélangeant cette pratique à l'univers de la photographie, il est possible de faire véhiculer au travers de clichés des émotions assez fortes: tantôt terrifiantes et opressantes, tantôt mystiques.

L'exploration urbaine, c'est aussi voir des ruines sous un oeil nouveau, c'est parfois prendre de la hauteur pour admirer un lieu, une ville d'un point de vue unique et exclusif. Comme je l'ai lu quelque part sur internet, "L'urbex, c'est ne pas attendre les journées du patrimoine pour visiter des lieux interdits au public". La formule m'a plue, puisqu'elle résume pas mal l'activité, même si les lieux visitables lors des journées du patrimoine ne sont bien évidemment pas les mêmes!

C'est une activité qui m'interesse depuis des années, bien avant même que je me lance dans la photo. Déjà enfant, je prenais un plaisir à visiter avec mes amis les maisons abandonnées de mon village par curiosité et aussi pour me faire peur. Cette activité représentant toutefois un danger réel, il est nécéssaire de ne pas se lancer tête baissée dans ce genre d'endroits.

 

» L'équipement

Avant de partir à l'aventure, il est essentiel de préparer votre matériel et votre tenue! Au delà de l'équipement de base (batteries chargée, carte mémoire et reflex), Il y a quelques recommandations à suivre pour que votre sortie urbex se passe dans les meilleurs conditions.

Vous allez être amenés à vous balader dans les lieux pas très propres, ce n'est donc pas la peine de sortir vos plus beaux habits. Prenez-donc des vetements et une paie de chaussure qui ne craignent rien. Dans la mesure du possible, un pantalon: j'ai été amené plus d'une fois à devoir passer dans des ronces et orties pour accéder au lieu à visiter.

Hormis votre matériel photo, emportez avec vous le strict minimum: téléphone, (en mode vibreur, histoire de ne pas se faire repérer si jamais on vous contacte), une torche si votre téléphone ne le permet pas.

Coté matériel photo, voici une liste de ce que j'emmène systématiquement avec moi:

  • Reflex avec batterie chargée et carte mémoire vide.
  • Trépied, il sera presque indispensable car vous aurez souvent besoin de faire du bracketing (expositions multiples).
  • Sac photo, pour y ranger mes accessoires.
  • Sacoche photo à bandoulière, qui elle me permet de vite switcher d'objectif sans avoir besoin de remettre les bouchons d'objectif.
  • Objectifs: surtout le grand angle (Sigma 10-20) et mon trans (Sigma 17-70). Histoire de ne rien rater je prends le télé (Tamron 70-300, mais je doute m'en servir un jour pour cette activité).

 

» Que dit la loi?

La loi est assez simple: il est tout bonnement interdit de pratiquer cette activité, pour une raison très simple: vous pénétrez dans des propriétés privées. La visite de lieux privés étant l'essence même de l'urbex, il va de soi qu'il vous faut toujours garder dans un coin de la tête que ce que vous faites est illégal. Cependant, en respectant quelques précautions et règles d'usage, vous minimiserez les ennuis possibles:

  • Ne ramenez jamais rien de vos visites : ça parait logique, mais si vous vous faites attraper avec un objet, vous pourrez être poursuivis de vol, ce qui reste plus grave qu'une violation de propriété. De plus, l'une des règles premières de l'urbex est de ne laisser aucune trace de votre passage.
  • N'abimez rien et ne cassez rien. C'est une façon de respecter les lieux (mêmes abandonnés) et cela permet aux autres urbexeurs qui passent après vous de pouvoir profiter des mêmes conditions de visite.
  • Ne pénétrez pas dans des lieux surveillés. C'est le meilleur moyen de vous éviter les ennuis.

Dans les faits, si vous suivez ces recommandations, vous minimiserez les risques légaux possibles mais gardez toujours à l'esprit que cette pratique reste interdite, et que je ne l'encourage à rien dans cet article.

Il me semble également important de précier qu'il est fortement déconseillé de visiter les installations de la SNCF et de réseau férré de France pour la simple et bonne raison que la surveillance est accrue (encore plus depuis la recrudescence de vols de cuivre) et que l'amende encourrue peut aller jusqu'à 3750€ et 6mois d'emprisonnement).

Dans la même optique, je ne saurai que vous recommander de ne pas visiter les batiments ayant attrait avec l'état, même abandonnés. Privilégiez les usines désaffectées et autres vieilleries abandonnées.

 

» Les risques de l'urbex

Ils sont nombreux, variés et varient d'un lieu à un autre. Je vous souhaite de ne pas vous y retrouver confrontés, mais il faut toujours garder à l'esprit que ces risques existent.

1. Les mauvaises rencontres

Le premier risque, c'est celui de tomber sur des squateurs ou des individus peu recommandables. En cas de mauvaise rencontre dans ce genre de lieu, il ne sera pas toujours aisé de prendre la fuite, et surtout pas évident d'avoir de l'assistance. C'est la raison pour laquelle l'urbex ne se pratique jamais seul! Il peut s'agir de squateurs ou de tagueurs par exemple, même si la plupart de ces gens ne seront pas agressifs avec vous (ne stigmatisons pas!).

De la même façon, il est recommandé, avant votre départ, de prévenir une personne du lieu où vous souhaitez aller, histoire qu'on sache vous localiser en cas de problème.

L'autre risque, c'est tout simplement de tomber sur une équipe de gardiennage. Même pour des usines abandonnées depuis des années, il reste parfois encore des équipes chargées de surveiller le site. Assurez-vous de leur non-présence.

2. Des lieux vétustes

La vétusté des lieux est l'essence même de l'urbex certes, mais il faut être conscient que de ce fait, vous n'êtes pas à l'abri d'un escalier qui s'effondre, d'un mur qui tombe ou encore d'un trou dans le plancher, bref, il vous faut redoubler de vigilance.

L'exploration doit se faire de façon prudente, et essayez dans la mesure du possible de ne pas rester trop collés pour deux raisons: la première étant que vous limiterez l'impact de votre poids sur la dalle, et la seconde est que si il arrive quelque chose à l'un d'entre-vous, il y aura toujours quelqu'un en retrait pour vous apporter son aide.

Dans cette logique, un escalier s'emprunte une personne par une personne, idem pour une passerelle. Cela permettra de "limiter" les risques.

3. La nuit tombée et l'obscurité

Laissez-vous une marge de sécurité et arrivez bien avant le coucher du soleil. Cela vous permettra d'avoir des conditions d'éclairage optimales, de pouvoir repérer les lieux et ses dangers, mais surtout de prendre des clichés plus facilement. Vous vous familiariserez alors un peu plus avec le lieu dans lequel vous pourrez revenir si vous le souhaitez de nuit pour des photos nocturnes.

Le coucher de soleil peut apporter aussi un éclairage exceptionnel et rasant sur des friches, ce qui contribuera tout logiquement à les sublimer. N'oubliez pas votre torche dans le cas où vous vous feriez surprendre par le temps qui tourne très vite dans ces lieux!

Si l'obscurité vous permettra de répérer plus facilement des individus présents (qui auront allumé un braséro, seront éclairés), et donc de vous éviter des mauvaises rencontres, il augmentera votre risque de vous faire surprendre par les lieux (comme par exemple les trous).

4. Vous devenez un hors-la-loi!

Comme dit plus haut dans la section "Que dit la loi à propos d'urbex", l'exploration des lieux privés est totalement prohibée en France. Pour cette raison, en cas d'arrestation, vous pouvez être placé en garde à vue dans les meilleurs cas, mais vous pouvez également passer un petit séjour (all inclusive ou presque) en prison.

Si en plus vous n'avez pas respecté les quelques précautions d'usage (pas de vol, pas de vandalisme et pas d'effraction), ces écarts seront considérés aux yeux des forces de l'ordre comme des circonstances aggravantes.

Soyez-donc, toujours conscients que votre pratique est illégale, et que même si vous n'êtes pas un squateur ou un vandal, vous prendez des risques d'un point de vue pénal.

http://photo.xavierdeneux.fr/medias/2013/08/16/martine-debute-en-urbex.jpg?h=220

5. Les risques sanitaires

Avant de vous aventurer dans ces lieux, assurez-vous d'avoir vos vaccins contre le tétanos à jour, car vous allez souvent être en contact avec la rouille!

L'autre risque vient des poussières que vous pouvez respirer dans ces lieux. Les vieilles batisses étant faites avec du fibrociment (connu aussi sous le doux nom d'Amiante-ciment), les lieux sont souvent amiantés et respirer la poussière amiantée vous expose à des risques de cancer. Selon les lieux, le port d'un masque est recommandé pour vous prémunir de ce genre de danger. On retrouve souvent le fibrociment dans les grandes plaques ondulées faisant office de toiture de hangar.

Il y a parfois dans certains batiments, des gaz qui habitent les lieux, gaz parfois nocifs. Parfois échappés d'une conduite percée ou d'un bidon plus étanche.

» Comment trouver des spots d'urbex?

Les endroits où l'on pratique l'urbex s'appellent des "spots", ces endroits sont en général très peu divulgués par les urbexeurs pour plusieurs raisons: garder l'exclusivité d'un lieu découvert (un peu égoïste c'est vrai), garder le lieu dans un bon état. En effet plus il y a de passage et plus les chances de voir le lieu être dégradé seront grandes. Le spot parfait étant un spot où le mobilier et les objets d'époques sont encore présents, comme si les occupants étaient partis du jour au lendemain, laissant tout en vrac.

Une autre des raisons de cette "non divulgation" des spots, est de freiner les curieux qui souhaiteraient s'aventurer dans ces lieux sans avoir conscience des risques encourus. Cette inconscience pourrait leur être fatale.

L'observation

C'est la plus simple des techniques: l'observation. Lors de vos déplacements, en voiture, vélo ou tout autre engin, prenez le temps d'observer votre environnement.

Si les grosses et vieilles usines abandonnées restent en général assez simples à distinguer, vous n'apercevrez des fois qu'un bout de batiment, une vieille cheminée en brique. Bref, ouvrez grand vos yeux et soyez à l'affût, il y a sans doute quelques batiments près de chez-vous!

C'est de cette façon que je suis arrivé à l'urbex, j'avais repéré deux endroits "potentiels" à quelques kilomètres de chez-moi. Il n'y avait donc plus qu'à planifier une visite avec mes accompagnants!

 http://photo.xavierdeneux.fr/medias/2013/08/16/urbex-spot-picardie-2.jpg?w=400

Voici typiquement le genre de lieux que vous pouvez trouver en observant le long de la route

Internet, une mine d'informations

La deuxième solution et peut-être la plus rapide pour trouver vos premiers spots, sera de faire des recherches sur les spots existant dans votre ville et votre région. Avec un peu de chance, vous trouverez vos premiers spots de cette façon.

Il y a des forums et des sites dédiés à l'urbex, selon la richesse en spots de votre région et le nombre d'urbexeurs inscrits, vous aurez-peut être la chance de rencontrer des passionnés qui vous guideront. Ce n'était pas réellement mon cas dans mon coin, même si petit à petit je commence à trouver des gens qui pratiquent l'urbex dans mon coin.

Vous pouvez également utiliser les services en ligne de cartographie (google maps, bing map et consors) pour repérer ce qui vous semble être des friches industrielles ou des lieux abandonnées. Ensuite il vous reste google qui vous aidera à trouver des infos sur des spots, des fermetures d'usines, des lieux abandonnées.

 http://photo.xavierdeneux.fr/medias/2013/08/16/urbex-spot-picardie.jpg

Google Maps, un outil précieux pour trouver des spots

» Pour conclure

Débutant dans cette nouvelle activité, je dois reconnaitre que c'est l'une de celles qui me plait peut-être le plus. Sublimer des lieux par la photo et des angles de vues spécifiques.

Voir un potentiel photographique en des lieux qui la majorité sembleraient repoussants, sans interet, pour en sortir au final des clichés originaux, véhiculant des émotions intenses.

L'adrénaline que cette activité produit est aussi un des facteurs qui me fait adorer cette pratique, rien à voir avec la photo pour le coup, mais il est assez électrisant de s'aventurer dans des lieux comme ceux là.

» Cet article t'a plu? N'hésites pas à le partager!

» Galerie

Au fond du trou
Les dés sont jetés
La vérité au bout du couloir
Urbex sunset
Oppression industrielle

» Laisser un commentaire

David le 20/08/2013
Article très complet, le parfait manuel pour se lancer!
Laurence - Le fil de Lau le 20/08/2013
Enfin tu as implémenté les commentaires ;)

Bien ton billet, il est complet !
Xavier le 20/08/2013
@David : Merci!
@Laurence : Oui enfin, petit à petit le site se développe. Merci pour ton retour :)
Julien le 26/09/2013
Sympa !

Voici un site que j'aime bien consulter pour ceux qui veulent voir des liens abandonnés de ouf ! http://explorationurbaine.com/